Catherine McKenna

Votre députée de


Ottawa-Centre

Catherine McKenna

Votre députée de


Ottawa-Centre

Menu

La ministre McKenna, s’annoncer l’investissement du gouvernement du Canada dans de nouvelles mesures pour s’attaquer à la crise des opioïdes et aux menaces émergentes liées aux drogues

La députée fédérale Catherine McKenna poursuit sa collaboration avec les organismes de santé locaux et les groupes communautaires pour enrayer la crise des opioïdes à Ottawa

Le 23 juillet 2019 — Ottawa

Aujourd’hui, Catherine McKenna, députée de la circonscription d’Ottawa-Centre, a déclaré qu’elle entendait toujours prioriser sa collaboration avec les organismes de santé locaux pour enrayer la crise des opioïdes à Ottawa. Sa volonté d’agir donne suite à l’annonce faite la semaine dernière par l’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé, voulant que le gouvernement fédéral accorde une somme supplémentaire de 76,2 millions de dollars aux actions de lutte contre la crise des opioïdes et à la toxicomanie.

Mme McKenna a indiqué qu’elle travaillera de concert avec Santé publique Ottawa, les organismes de santé locaux et les groupes communautaires. Elle les aidera à répondre aux besoins en matière de services de réduction des méfaits et à mettre les gens en contact avec les services de soins de santé et les services sociaux. La volonté de Mme McKenna s’inscrit dans la lignée des mesures annoncées le mois dernier par le gouvernement fédéral, qui a accordé 600 000 $, un financement suffisant pour près de six mois, à l’un des sites d’injection supervisée d’Ottawa.

Le gouvernement fédéral a par ailleurs lancé deux appels de propositions. Le premier d’entre eux, qui est à hauteur de 50 millions de dollars, porte sur des initiatives que le Programme sur l’usage et les dépendances aux substances administre, et le second de 3,5 millions de dollars, sur le programme Voies d’accès aux soins assuré par l’Agence de santé publique du Canada.

Avec ces nouveaux fonds, les investissements du gouvernement fédéral dépassent maintenant les 100 millions de dollars, dont les 30,5 millions prévus au budget de 2019. Parmi ces investissements, notons :

  • 41,8 millions pour améliorer les principales mesures visant à sauver des vies dans les localités mal desservies;
  • 33,6 millions pour atténuer les conséquences de l’approvisionnement de drogues illicites;
  • 31,3 millions pour repérer et éliminer les nouvelles menaces liées à la drogue et la consommation croissante de méthamphétamines.

Citations

 « Je tiens à m’assurer que les organismes de santé communautaire comme le Centre de santé communautaire Somerset Ouest et le site d’injection supervisée de la rue Clarence disposent des fonds dont ils ont besoin pour lutter contre la crise des opioïdes et s’occuper des nouveaux problèmes en toxicomanie. Si l’on aide les toxicomanes et on leur sauve la vie, c’est dire qu’on aide le fils ou la fille de quelqu’un, ou peut-être même sa mère ou son père, en tout cas un membre de sa famille, et on lui sauve la vie. »

 L’honorable Catherine McKenna

Député de la circonscription d’Ottawa-Centre et ministre de l’Environnement et du Changement climatique

 « Les services de consommation et de traitement en toxicomanie sont indispensables pour combattre l’épidémie de surdoses dans la ville, a affirmé Naini Cloutier, directrice générale du Centre de santé communautaire Somerset Ouest. Ils aident à réduire le nombre de décès par surdose et des visites à l’urgence, en plus d’améliorer l’accès aux services de soins de santé. »

 Mme Naini Cloutier

Directrice générale, Centre de santé communautaire Somerset Ouest

« Les opioïdes sont faciles à se procurer, créent une très forte dépendance et peuvent entraîner la mort. C’est pourquoi lorsqu’une personne qui consomme des opioïdes veut obtenir de l’aide, il faut que cette aide soit disponible. Les fonds que débloque le gouvernement fédéral pour s’attaquer à la crise des opioïdes et à la consommation problématique de substances devraient permettre d’accélérer le travail de collaboration déjà entrepris à Ottawa pour que l’aide nécessaire – fondée sur la recherche et l’expérience directe – soit offerte au plus grand nombre de personnes, partout et en tout temps, selon les besoins. »

Joanne Bezzubetz,

Présidente-directrice générale, Le Royal 

« La question ne devrait jamais être de savoir si je pense que telle personne mérite qu’on l’aide ou pas, mais seulement de savoir s’il est possible de lui porter assistance. Et en matière de drogues, la réponse est toujours oui, c’est possible; que ce soit par la réadaptation, la réduction des méfaits, la décriminalisation ou bien d’autres choses du genre; c’est faisable et nous devrions nous y atteler. »

 Charlotte Smith

Étudiante à la maîtrise en sociologie à l’Université Carleton

Centre de santé communautaire Somerset Ouest 

 Le Centre de santé communautaire Somerset Ouest (CSCSO) œuvre dans le centre-ville d’Ottawa depuis 1972. Il offre des soins de santé primaires et des services sociaux ayant une incidence sur la santé, notamment en matière de logement, de sécurité alimentaire, d’emploi et d’engagement citoyen.

La réduction des méfaits fait partie des services que le CSCSO offre depuis longtemps, précisément depuis plus de 20 ans. Le service de consommation et de traitement en toxicomanie est venu s’ajouter récemment à la gamme des services du Centre.

 Quelques faits

  • L’annonce d’aujourd’hui s’inscrit dans le cadre du budget de 2019, qui prévoit 30,5 millions de dollars sur cinq ans, et 1 million de dollars par la suite, pour améliorer l’accès à des solutions de substitution plus sûres aux drogues illicites et favoriser un meilleur accès à la formation sur les interventions en cas de surdoses d’opioïdes et sur la naloxone dans les collectivités mal servies.
  • Selon les dernières données nationales, entre janvier 2016 et décembre 2018, la consommation d’opioïdes aurait fait 11 577 morts.
  • D’après les « Données sur les sites de consommation supervisée » de Santé publique Ottawa, de janvier à mars 2019, il y a eu 20 433 visites, à Ottawa, pour des services de consommation et de traitement en toxicomanie.
  • Il est prouvé que la naloxone renverse temporairement les effets d’une surdose d’opioïdes. Le Centre de contrôle des maladies de Colombie‑Britannique estime qu’entre avril 2016 et décembre 2017, on a pu éviter 1 580 décès, seulement en Colombie-Britannique, grâce à la distribution de trousses de naloxone.

–  30 –

Personnes-ressources :

Thierry Bélair

Bureau de Ginette Petitpas Taylor

Ministre de la Santé

613-957-0200

 

Murielle Pierre

Agente des communications

Bureau de Catherine McKenna

613-293-8056